Le périmètre maraîcher

– Avec le soutien financier de Solibam, les villageois ont mis en place le périmètre irrigué à la fin de l’année 2010, sur des terres prêtées par des propriétaires qui cultivent le mil en saison des pluies.

– Une centaine de personnes avait travaillé pendant 2 mois pour préparer le site (défrichage, déplacement de tuyaux, nivelage du terrain, confection des planches et des rigoles etc…) Un travail remarquable fait à la main.

– Un comité de gestion a été constitué avec à sa tête, Blaise, animateur du site.  Francis, est responsable de la mise en route et de l’entretien des 2  motopompes.

– Chaque famille  conduit sa culture et vend les légumes de sa parcelle. La partie collective concerne la conduite de l’irrigation et la collecte des fonds (30 cfa/m2) pour le gasoil, les vidanges des motopompes et l’entretien du système d’irrigation.

Les légumes sont commercialisés à des acheteurs  pour les marchés  de Kongoussi et de Ouagadougou. Le bénéfice des ventes sert  à payer les dépenses courantes : la scolarité, les médicaments, les frais d’hôpital etc…

 

Campagne 2018 -2019: sur  5 hectares, 31 familles dont 12 femmes ont cultivé 4 ha de carottes, 1 ha haricots verts et 320m2 d’oignons et d’oseille. Les carottes sont vendues aux rangs.

 

Paroles de producteurs:

« il n’y a pas de stabilité des prix qui sont fixés par le client »

« C’est la loi de l’offre et de la demande et quand l’offre est abondante , les prix s’effondrent »

 

Le rôle de SOLIBAM

Financement du projet : 8 590 € (achat d’une motopompe et réparation d’une autre motopompe, tuyaux, vannes, clôtures, 2 pulvérisateurs, avances des intrants la première année, réfection d’une maisonnette pour abriter les motopompes)

Début 2018, le groupement a fait l’acquisition d’un tricycle qui sert à livrer les  légumes et au transport du compost. Prix d’achat 1 448€. Solibam a prêté la somme sur une durée de 4 ans

 

Conseils de cultures. Des analyses de terre ont été effectuées. Les sols sont sableux, bien pourvus en potasse, magnésie et chaux,  pauvres en humus et phosphore. Nous leur conseillons de développer la fabrication du compost. A cet effet, des démonstrations de fumures sont comparées.

Analyse des résultats de la récolte à partir des enregistrements faits par Blaise.

Financement d’une formation (cultivateurs et enseignants de Sanrgo), assurée par la Direction Provinciale de l’Agriculture de Kongoussi.

 

Construction d’un bâtiment de stockage des oignons

Madeleine stocke ses oignons

 

Le bâtiment, financé par Solibam, a été construit au village de Sanrgo en 2012. A la récolte, quand les cours sont bas, le stockage a permis de conserver les oignons pendant plusieurs mois et d’attendre que les prix remontent pour vendre.

Le bâtiment a servi les premières années. Par la suite les maraîchers ont réduit leurs surfaces d’oignons et donc le stockage,puis il a été loué à des maraîchers.

En mai 2019, une tempête a sérieusement endommagé la construction. En accord avec les maraîchers nous avons décidé de ne pas le restaurer.

 

 

Le périmètre irrigué de l’association d’Emmanuel Sawadogo

Fin 2011, Emmanuel a créé à Kongoussi, une association de jeunes maraîchers. Elle compte 35 adhérents.

Objectif du président: lutter contre le chômage des jeunes, l’insécurité alimentaire et la pauvreté.

L’association  bénéficie d’un soutien financier d’un particulier.

Le rôle de SOLIBAM: Notre association assure un appui technique. Emmanuel nous communique les résultats économiques.

 

Les membres de l’association d’Emmanuel en 2012

Voyage 2012

Stockage des oignons chez Emmanuel